CHAMPS, USINES, ET ATELIERS AUJOURD’HUI

Théories et Pratiques Economiques Libertaires au XXIe siècle

Le séminaire ‘Champs, Usines, et Ateliers Aujourd’hui’ se propose d’envisager dans leur diversité les “théories et pratiques économiques libertaires” contemporaines, en mettant l’accent dans l’examination de ces projets sur les façons dont elles entendent assurer la garantie des moyens d’existence — c’est à dire notamment sur la place dans ces projets de l’idée de Revenu de Base Inconditionnel, entendue dans son sens le plus large d’aspiration à “la garantie inconditionnelle et universelle des moyens matériels de l’autonomie individuelle”.

Ce séminaire a été lancé le 10 Décembre 2021, à l’occasion d’une séance du séminaire Futur(s) de la Protection Sociale (cf. fps.hypotheses.org) consacrée à une présentation par Céline Marty de son livre ‘Travailler moins pour vivre mieux’, commentée par Françoise Gollain. Cette séance revêtait un caractère programmatique d’au moins deux manières : d’abord dans la mesure où les débats sur le sens à donner à la notion de “travail” et leurs conséquences concrètes sont au coeur des préoccupations de ce séminaire ; ensuite en ce que la thèse soutenue deux ans plus tard par Céline Marty et faisant de la notion d’Autogestion le fil rouge de l’ensemble de la pensée d’André Gorz est le type même de recherche que ce séminaire aspire à encourager et à faire connaître.

Le titre de ce séminaire est une référence à un ouvrage publié par Pierre Kropoktin en Angleterre à la fin du XIXe siècle sous le titre ‘Fields, Factories, and Workshop’. L’ouvrage, qui se présentait comme une tentative de synthétiser les écrits de théorie économique socialistes libertaire parus au XIXe siècle, est reparu à la fin des années 1960 dans une version très substantiellement éditée par l’architecte anarchiste britannique Colin Ward, sous le titre ‘Fields, Factories, and Workshop Tomorrow’. Cette version éditée par Colin Ward a ensuite été éditée par le Center for Stateless Society, laboratoire d’idée étasunien ayant redécouvert l’anarchisme classique à partir partir du libertarianisme, et notamment à l’origine du très intéressant recueil “Markets not capitalism”. Cette forme de palimpseste nous a seule semblée en mesure d’exprimer l’ambition du séminaire de participer “à réparer l’accroc dans le tissu du temps” en contribuant à sa modeste mesure à inscrire le renouveau contemporain des théories et pratiques économiques libertaires dans une histoire dans la longue et riches histoire de ces tentatives encore largement méconnues.

Le séminaire Champs, Usines, et Ateliers Aujourd’hui est soutenu matériellement par le Mouvement Français pour un Revenu de Base et le Mouvement Utopia.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search